Les missions du 4C Maroc ont été définies comme suit :

 

  • Contribuer  au  renforcement des capacités des acteurs nationaux en matière de CC
  • Capitaliser l’information/la connaissance/le savoir-faire en matière de vulnérabilité adaptation, atténuation et finance liés au changement climatique au Maroc
  • Développer des outils d’aide à la prise de décision en matière de changement climatique
  • Contribuer à l’effort mondial en assurant le partage d’expérience, la veille et le réseautage par rapport au CC au niveau international

Conscient des effets des CC sur son territoire et des enjeux au niveau international, le Maroc est engagé depuis longtemps sur la scène mondiale des négociations climatiques et a publié en mars 2014 sa politique de changement climatique (PCCM) qui prévoit la création d’un Centre de Compétence en Changement Climatique pour se donner les moyens nécessaires de répondre au niveau national et international aux exigences de la gestion du CC.

La PCCM décrit ce centre de compétences comme un réseau de coopération et de coordination permanent et structuré fédérant les efforts et les données des institutions publiques, des collectivités territoriales, des universités et du secteur privé en vue de renforcer les capacités du Maroc en matière d’adaptation au CC et de réduction des émissions de GES.

A travers la création de « 4C Maroc » le Royaume compte mettre à disposition des données suffisantes et fiables sur les potentiels d’atténuation ainsi que des exemples de bonnes pratiques permettant de démultiplier les mesures d’adaptation et d’atténuation et de faire ainsi avancer la politique climatique marocaine.

Il s’agit également de mettre en place une structure de gestion des connaissances permettant de mettre à disposition les données régionales et nationales nécessaires pour la participation aux négociations climatiques internationales, p.ex. dans le cadre des inventaires des gaz à effet de serre ainsi que des communication nationales et des BUR (rapports biennaux de mise à jour des communications nationales).

Les partenaires impliqués dans la constitution du 4C sont issus du secteur public et privé ainsi que de la société civile. Un lien privilégie existe avec les universités des régions pilotes (Cadi Ayyad de Marrakech et FST Tétouan) qui sont fortement engagés dans les recherches autour des thématiques climatiques. La DMN (Direction de la Météorologie Nationale), en tant que gestionnaire des données météorologique et membre du GIEC est un autre partenaire d’importance.

Durant la phase de mise en place du 4C, confiée à la coopération internationale allemande  (GIZ) avec un financement du ministère fédéral allemand de l’Environnement dans le cadre de son initiative climatique internationale (BMUB/IKI) , le 4C se déploie à partir du Ministère délégué chargé de l’Environnement et à travers deux observatoires régionaux de l’environnement et du développement durable (OREDD) pilotes qui sont ceux des régions de Tanger-Tétouan et de Marrakech-Tensift-El Haouz. A terme les autres OREDD seront également intégrés dans la structure. Leurs comités air et climat ont par ailleurs déjà bénéficié de formations sur les CC dispensées dans le cadre du 4C. Des formations adaptées ont également été dispensées aux secteurs ministériels pertinents et agences gouvernementales impliqués dans les questions de financements climatiques et la délégation officielle marocaine bénéficie d’une préparation aux négociations climatiques mondiales dans le cadre du projet implémentant le 4C Maroc. 

Le 4C est le premier centre maghrébin de compétences climatiques et depuis la CoP20 de Lima il dispose également d’une vision africaine. En effet le Fonds vert climat doit apporter son appui au 4C pour lui permettre de contribuer au renforcement de la mobilisation des financements pour ce continent, fortement touché par les CC, mais disposant d’un accès limité aux fonds climatiques.